mardi 4 février 2014

Match retour

À l’ère des remakes, sequels et autres reboots, le cinéma « nostalgique » semble être en plein essor. « Match retour », film de boxe de Peter Segal en salles le 22 janvier 2014, s’inscrit directement dans cette lignée. Le metteur en scène n’ayant pu obtenir les droits des licences ô combien célèbres « Rocky » et « Raging Bull » en vue de réaliser un remake, il se contente simplement d'un long-métrage cafardeux avec Sylvester Stallone & Robert DeNiro qui prend hélas très rapidement la direction d'une comédie parodique.
Synopsis : Henry et Billy sont deux anciens boxeurs. Ils se sont affrontés lors de deux matchs et chacun en a remporté un. Mais ils n'ont jamais eu l'occasion de faire la belle. Trente ans après avoir pris leur retraite de sportif, ils vont enfin avoir l'occasion de se départager.

Scène d'exposition classique mettant en scène deux boxeurs, vieux rivaux, qui remontent une dernière fois sur le ring. Implicitement, Rocky et Jack La Motta renfilent les gants pour un ultime combat. Contrairement à ce que le cinéma a eu à offrir sur le thème de la boxe ces dernières années (« Million Dollar Baby », « Warrior », « Fighter »), « Match retour » s’habille d’une réalisation plate et fade, sans aucune direction d’acteurs. La mise en scène s’avère en effet grossière et emprunte avec beaucoup de maladresse des codes cinématographiques déjà éculés sur un ring.
N’ayant rien de concret à développer (tout est dans le synopsis), « Match retour » se contente de retracer la préparation au combat final. Paresseux et sans saveur ! Ponctué de scènes totalement absurdes et pâtissant d'un rythme en dents de scie, le film de Segal est en plus pourvu de protagonistes filiformes et caricaturaux. Dommage car on note malgré tout quelques références bien placées, des répliques qui font parfois mouche et des clichés amusants sur la boxe.

Segal tente parfois de se rattraper avec ces nombreux clins d’œil mais la maladresse le gagne et demeure omniprésente. Doté d’un humour quelque peu facile mais pour le moins divertissant, « Match retour » est pimenté de punchlines totalement jubilatoires pour certains, sérieusement déplacées pour d’autres.
Loin du chef d’œuvre, plus proche de la série B, « Match retour » ne brille jamais mais a au moins le mérite de remettre en place le concept pompeux et galvaudé des ‘suites-hommages’. Segal n’ayant en effet clairement pas la prétention de faire mieux que ses prédécesseurs Stallone & Scorsese.
Côté distribution, Peter Segal s’offre les deux grandes icônes du ring mais là encore, la sauce ne prend pas. Stallone, non dirigé, est malheureusement mono expressif, et apparaît comme un vieux combattant délavé, bien loin de la renaissance qu’il avait su apporter à Rocky dans le sixième volet de la saga il y a quelques années. Face à lui, Robert DeNiro cabotine et ne profite jamais des traits alcooliques et coureur de jupons de son personnage. Les seconds rôles tirent pourtant leur épingle du jeu, notamment Adam Arkin, plutôt pertinent, ainsi que quelques caméos plaisants.
Bilan : Plantage quasiment sur toute la ligne pour « Match retour », qui s’inscrit donc dans la série des comédies ratées de son réalisateur : bruyant, loufoque et grossier, pâtissant d’un terrible manque d’inspiration.

Anecdote : Il semble que les deux acteurs ne soient pas décidés à enlever leurs gants de boxe de sitôt, puisqu'on les retrouvera prochainement dans des projets faisant honneur à cette discipline. D'un côté, Stallone endossera de nouveau le rôle de Rocky Balboa, afin de coacher le jeune fils d'Apollo Creed, dans le film Creed. De l'autre, Robert De Niro incarnera lui aussi un entraineur de boxe dans Hands of Stone, biopic sur le boxeur panaméen Roberto Duran.

La Bande Annonce de Match Retour :


NOTE : 3/10

Article rédigé par Cléa Carré

3 commentaires: